Comment se détendre en conduisant ?

par GUILLAUME FOURNEL

Conduire fait partie intégrante du style de vie moderne sédentaire. Nous utilisons notre voiture pour faire de courts trajets en ville aussi bien que pour de plus longs voyages, passant ainsi beaucoup de temps derrière le volant. Mais conduire peut cependant générer stress et tension dans le corps. Pour les atténuer, il nous suffit d’adopter de bonnes habitudes de conduite. Cela veut dire améliorer et ajuster notre position au volant, faire des pauses durant les longs voyages et pratiquer sur soi quelques manipulations de massage et d’étirement afin de détendre et relâcher les muscles tendus.

Améliorer sa position au sein du véhicule

La clé de la tension corporelle réside dans votre position assise au volant.

Tendre le cou en avant pour regarder par-dessus le volant ou trop étirer le dos en vous penchant en arrière sont

de mauvaises habitudes

. Ainsi, les muscles du corps se fatiguent et se tendent, entraînant maux et douleurs. Si la région lombaire du dos n’est pas soutenue, elle peut avoir tendance à s’affaisser en arrière. Cela tire sur les muscles et surmène le reste de la colonne. Une bonne position maintient la musculature du corps et permet à ses énergies de circuler.

Assurez-vous d’être assis droit et que le siège vous maintient. Vous pouvez vous servir de coussins pour ajuster votre position, ou acheter un support spécial pour le dos. Il faut assez de place entre votre tête et le plafond de la voiture, sinon vous risquez de vous avachir pour vous caler dans l’espace restant. Réglez tous les rétroviseurs afin de les regarder sans avoir à tendre le cou. Tenez le volant au milieu en gardant les bras détendus. Ne tordez pas les pieds. Ils doivent être dans le prolongement des jambes et dirigés en avant.

Rester assis dans la même position pendant de longues périodes empêche la circulation et fait se raidir le corps. Ceci peut entraîner maux et douleurs au cou et au dos, aux bras et poignets, ou aux jambes et chevilles. Cela peut aussi provoquer de la fatigue oculaire et des maux de tête, ainsi que diminuer le niveau de vigilance mentale.

Pour éviter de vous figer dans la même position, réajustez légèrement votre posture en conduisant. Par exemple, vous pouvez remuer pour mieux vous caler dans le siège, ou si vous êtes coincé dans les embouteillages, essayez de vous relaxer les épaules en les levant et les abaissant. En conduisant, vérifiez régulièrement que vous avez la mâchoire desserrée, que les épaules restent souples et que vous respirez par l’abdomen.

Faîtes des étirements corporels

Durant de longs trajets, il est très important de

faire des pauses régulières

pour prendre l’air frais et faire quelques étirements. Ceci aidera à

libérer la tension, à améliorer la circulation et à retrouver sa concentration

, faisant de vous un conducteur plus détendu et attentif bien plus efficacement que des pauses café. Ces étirements et ces massages sont faciles à faire, quel que soit l’endroit choisi pour vous arrêter. Refaites chacun d’eux plusieurs fois. Les étirements font travailler la colonne, le bas du dos, les bras et les épaules.

Le premier consiste à se tenir debout et pieds joints, puis regardez en avant. Inspirez et tendez les bras au-dessus de la tête, dans le prolongement de la colonne. Durant l’expiration, pliez les genoux, rentrez le menton et repliez la colonne, vertèbre par vertèbre, en vous courbant lentement en avant, aussi confortablement que possible. Pendant ce mouvement, descendez les bras et balancez-les doucement d’arrière en avant. En inspirant, amenez les bras en avant et allongez le corps pour vous mettre en position debout.

Pour le second étirement, joignez les mains derrière le dos. Tout en expirant, levez-les lentement le plus loin possible. Restez ainsi et relâchez lentement en inspirant. Laissez les bras pendre. Répétez au moins trois fois. Ceci soulage la raideur dans les épaules et entre les omoplates.

Enfin, pour votre troisième et dernier étirement, prenez une profonde inspiration et commencez à lever lentement les épaules autant que vous pouvez sans causer de gêne. Tenez-les serrées aussi près que possible des oreilles. En expirant, relâchez les épaules en les laissant tomber brusquement. Vous pouvez prolonger cet étirement en levant et roulant les épaules en avant aussi lentement que possible. Puis changez en les faisant rouler en arrière. Pour vous aider, imaginez que les omoplates se rejoignent au milieu du dos pendant ces mouvements circulaires.

Se détendre grace à un siège de massage

Si vous voulez bien faire les choses, et si vous n'avez pas le temps ou la motivation nécessaire pour faire autre chose, vous pouvez demander à votre siège de voiture de s'occuper de vous. En effet, il existe de nombreux sièges de massage performants que l'on peut tout à fait utiliser dans sa voiture ou son véhicule. Très utiles lors d'un embouteillage ou d'une pause-café, ils maximisent votre détente en un minimum de temps. A chaque arrêt, c'est le moment de profiter d'un massage relaxant au volant de votre voiture. Veillez à ne pas l'utiliser pendant votre conduite : en plus de vous déconcentrer, le choc contre vos siège en cas d'accident pourrait être dangereux pour votre dos. Mieux vaut prévenir que guérir.

Enfin, avant d'acquérir votre fauteuil de massage, pensez bien à vérifier qu'il dispose d'une prise allume-cigare : il est indispensable pour faire fonctionner votre siège massant dans la voiture.

Soulager la tension par l’automassage

Cet automassage simple permet une pause de conduite. Il peut aussi, de retour chez vous, soulager la tension dans la tête, le cou et les épaules.

Procédez de la manière suivante :

1°) tout d'abord asseyez-vous le dos bien maintenu et placez une main sur l’épaule opposée. Du bout des doigts, faites de petits mouvements circulaires le long de l’épaule. Poursuivez ainsi dans la partie supérieure du dos et sur le bord de l’omoplate aussi loin et bas que possible. Lorsque la main remontera dans le dos, massez les muscles entre l’omoplate et la colonne

2°)puis du bout des doigts, frictionnez d’avant en arrière le long du haut de l’épaule, en suivant les muscles qui remontent au bord du cou. Continuez ce mouvement jusqu’à la tête, en frictionnant ainsi sur toute sa surface

En résumé, conduire dans des conditions désagréables, comme être pressé ou pris dans des embouteillages, peut engendrer une mauvaise position et même en aggraver l’effet. Pensez aux pauses détente. Etre assis avec le dos bien calé permet une conduite plus sûre et minimise l’accumulation de tensions.