Les critères de choix d'une huile de massage

par STEPHANE MILLET

Les critères de choix dépendent de vos attente. Vous privilégiez le parfum ? Ou bien êtes-vous souffrant et vous cherchez une solution alternative aux traitements habituels pour vous soigner ? On distingue souvent les huiles de massage selon ces critères de choix : le parfum, la texture, les types de peau et enfin les effets. A vous de choisir.

Le parfum

Loin des odeurs de pot d'échappement, de pollution, de frites et graillons variés, les salons de massage offrent une atmosphère propice à la relaxation qui offre à votre nez un moment de répit. Évoluer dans une odeur agréable aide à respirer profondément. Finie l’apnée ! Beaucoup d'huiles de massage sont naturellement parfumées. Mais on les mélange volontiers à des huiles essentielles, pour leurs nombreuses propriétés, mais d'abord pour mettre les papilles olfactives en éveil. Lors d'une séance de massage, les odeurs jouent un rôle important : elles participent à la relaxation, donnent du tonus ou rappellent des souvenirs ...

L'huile naturelle la plus neutre et universelle est sans doute l'huile d'abricot : elle n'a qu'une faible odeur, et elle contient des acides gras poly insaturés, qui font défaut à tous les types de peaux. Elle est très nourrissante, et bien absorbée par la peau. C'est la base idéale dans laquelle diluer les huiles essentielles de votre choix (10% maximum).

Mais d'autres huiles ont un parfum agréable que l'on s'efforcera de préserver en les utilisant pures : l'huile de coco ou de macadamia. En revanche, l'huile d'olive a une odeur particulière, que l'on masque souvent à l'aide d'huiles essentielles.

La texture

Les huiles de massage sont loin d'être toutes identiques : certaines vous feront remarquer sur le chemin du retour si vous n'avez pas la possibilité de vous doucher après la séance de massage. L'huile de coco, très utilisée dans les massages ayurvédiques, est particulièrement grasse, de même que l'huile de sésame. D'autres sont plus sèches, ce qui signifie qu'elles sont bien absorbées par la peau, et l'hydratent sans la rendre brillante. C'est le cas de l'huile de babassu, de l'huile de jojoba, de macadamia ou de pépins de raisin. Pensez aussi aux crèmes et gels de massage, qui peuvent soigner par le froid, si on les conserve au frais, et dont la texture est mieux maîtrisée. Plus le massage dure longtemps, plus la crème ou l'huile devrait être grasse.

Les types de peau

Bien sûr, les huiles les plus grasses conviennent mieux aux peaux sèches. Les peaux matures profiteront des bienfaits des huiles de chanvre et de pépins de raisin. Quant aux nourrissons, c'est l'huile d'amande qui leur convient le mieux. L'huile d'onagre a la particularité de réguler l'hydratation de la peau, elle convient donc à toutes. Pour les peaux grasses, une dose d'huile essentielle de cyprès diluée dans un flacon d'huile d'abricot fera merveille, en massage, et en crème de jour.

Les effets

Beaucoup d'huiles naturelles ont des propriétés anti-oxydantes, intéressantes pour les soins anti-âge du visage ou des mains, comme l'huile d'argan, ou l'huile de ricin. Certaines sont efficaces pour traiter les affections cutanées, des brûlures aux dartres en passant par l'eczéma (jojoba, amande). D'autres ont des propriétés cicatrisantes (avocat), idéales contre les vergetures.

Mais plusieurs huiles de massage agissent au-delà de l'épiderme : l'huile d'olive a la particularité de chauffer les muscles ; le macadamia est très pénétrant et parfait pour les massages en profondeur qui relâchent les tissus mous. L'huile de baobab est indiquée pour les massages tonifiants, et l'huile d'onagre, en friction sur la poitrine, dégage le système respiratoire.

De nombreux autres effets psychologiques et thérapeutiques peuvent être observés : tonifiant, anti-dépression, antalgique...

Faisons maintenant le point à l'aide de ce Guide d'achat des huiles de massage:

Avec la collaboration de Nicolas Cardonne

Nicolas Cardonne Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Mon ambition est de mettre en place une approche kinésithérapique à la fois humaine et en continuelle formation.