Quelle place pour les huiles dans votre soin beauté ?

par GUILLAUME FOURNEL

Aussi loin que nous remontions dans le temps et quelle que soit la civilisation prise en compte, l'emploi des huiles dans les soins de beauté a toujours été très répandue, et il n'y a que peu de différences (pour ne pas dire aucune) entre les recettes employées jadis et celles d'aujourd'hui. Les Égyptiens de l'Antiquité s'enduisaient le corps d'huiles parfumées grâce à des plantes et des épices qu'ils y laissaient macérer. Les Romains, dans leurs Thermes, avaient eux aussi l'habitude après leur bain de se masser avec des huiles (amande douce, olive, ...) parfumées ou non. En Inde et en Chine, les femmes se passaient des préparations à base d'huile et de plantes dans les cheveux afin de les entretenir.

De nos jours, nous ne comptons plus les préparations de beauté dans lesquelles les huiles tiennent une place importante. Quoi d'étonnant d'ailleurs à cela, puisque l'extraction des huiles constitue l'une des premières et des plus importantes découvertes de l'homme ? De plus, elles constituent, seules ou mélangées à des plantes, des jus ou des huiles essentielles, un

arsenal de beauté sain, naturel, efficace

et tellement agréable à utiliser. Quel dommage que les industriels de la cosmétologie ne les utilisent que rarement et quand ils le font, c'est malheureusement sur des huiles de basse qualité, raffinées le plus souvent, qu'ils jettent leur dévolu.

Rentabilité oblige, et pourtant.

Comment les huiles agissent sur votre physique

Riches en acides gras insaturés, les huiles végétales pénètrent bien l'épiderme, le nourrissent, le protègent en reconstituant le film lipidique, lui redonnent finesse, éclat et souplesse grâce à leur action adoucissante, assouplissante, tonifiante et régénératrice et vous préservent d'un vieillissement prématuré. Bien tolérées par la peau, elles ne sont passibles d'aucune réaction allergique, ne présentent pas d'incompatibilité et jouent un rôle prépondérant dans la protection et l'hydratation de notre peau grâce à leurs acides gras essentiels.

Ainsi vous pouvez y avoir recours aussi souvent que vous en avez envie et vous verrez que leurs usages sont réellement nombreux dans tous les soins d'hygiène et de beauté. Jugez-en vous-même : en guise de « lait démaquillant », l'huile fait merveille, même pour les yeux. Passez-vous sur le visage un kleenex ou mieux une éponge imbibée d'huile. Comme « crème de jour ou de nuit », si vous avez la peau sèche ou fatiguée,une cure d'huile redonnera un coup de fouet à votre peau. Répétez cette opération trois semaines de suite à chaque changement de saison. Vous choisirez de préférence des huiles pénétrant parfaitement l'épiderme : huile de rose musquée, d'onagre ou de jojoba. Vous pouvez aussi leur incorporer des huiles essentielles pour encore plus d'efficacité.

Quels usages en faire ?

Vous pouvez l'utiliser en massage du corps après le bain ou la douche additionnées à des huiles essentielles ou de plantes. Les huiles de massage rendront votre peau douce et satinée, et vous détendront, vous tonifieront et vous conféreront un immense bien-être mental et physique. Vous pourrez également l'utiliser comme produit de beauté de votre chevelure : vous enduirez vos cheveux d'huile le soir au coucher en procédant à un léger massage du cuir chevelu et la conserverez toute la nuit.

C'est le secret de la beauté des cheveux des Tahitiennes (huile de coco), des Chinoises (huile de sésame), des Indiennes et des Africaines. Cet enveloppement vous procurera des cheveux doux, brillants, faciles à coiffer et vigoureux. Excellent pour les cheveux ternes, secs, abîmés par les nombreux traitements (permanentes, teintures...), le soleil et les bains de mer. Elles sont également indispensables dans de nombreux soins spécifiques : mains sèches ou gercées, vergetures, brûlures, rides, problèmes dûs au soleil, ongles cassants, seins abîmés, toilette des nourrissons, cheveux secs et fatigués.

Quelle qualité pour les huiles ?

Nous vous proposons

sur le site

des recettes de cosmétiques naturels à confectionner vous-même. Leur base est évidemment une

huile végétale

(ou un mélange de plusieurs huiles) que vous choisirez en fonction des qualités de celle-ci, des besoins de votre peau et des problèmes (s'il y en a) à traiter. En ajoutant à cette huile de base

des huiles essentielles

ou en y faisant macérer des plantes fraîches aromatiques, vous vous apercevrez que vous obtenez ainsi aisément

un produit de beauté dynamisé, efficace, naturel, agréablement parfumé et peu onéreux

. Vous avez alors la meilleure garantie possible de qualité pour le meilleur prix. Car n'oublions pas que le commerce des cosmétiques est un énorme business où la présentation et l'emballage priment. Ces derniers ont d'ailleurs plus de valeur que la crème ou l'huile à l'intérieur. Par curiosité, regardez les étiquettes et calculez

le pourcentage de principes actifs

: ils ne dépassent pas la plupart du temps 3 à 5 %.

Et pour quelle qualité ?

Huiles raffinées, graisses animales, plantes traitées chimiquement et transformées, produits de synthèse, molécules chimiques en sont la plupart du temps les uniques composants sans compter les nombreux tests inhumains pratiqués sur des animaux avant d'arriver sur les rayons des parfumeries.Aussi pour pallier à tout ça, une bonne alternative est de fabriquer soi-même ses produits de soin ou de les acheter dans des instituts d'esthétique naturelle ou des boutiques de diététique.Quelques conseils pour prendre soin de votre peau.

En conclusion, si les soins de beauté et d'hygiène sont indispensables, rappelez-vous qu'ils ne seront parfaitement efficaces que s'ils s'accompagnent d'une hygiène de vie irréprochable : alimentation saine et équilibrée, mental positif, pratique d'un sport, sommeil régulier ainsi que de l'élimination de certains facteurs «anti-beauté» comme le tabac, l'alcool, le stress, le café.

Notre peau, nous l'avons vu, a besoin d'être nourrie « de l'intérieur ». Vous lui fournirez donc à chaque repas : des huiles végétales de première pression à froid, riches en acides gras insaturés, en vitamines A, D, E, F et en lécithine, en assaisonnement des crudités, salades vertes et légumes vapeur.

De temps à autre, à chaque changement de saison ou quand vous en ressentez le besoin, vous offrirez à votre peau, à vos cheveux, et à vos ongles, une cure de jouvence : prenez, pendant 3 semaines, 3 capsules d'huile d'onagre le matin et 3 capsules d'huile de bourrache à midi (ou inversement). En particulier : vous consommerez au quotidien les huiles adaptées à votre cas particulier dans les salades, crudités et sur les légumes cuits et céréales. Vous continuerez ce traitement plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour un résultat valable et durable.

Attention danger ! L'huile de paraffine

La paraffine, produit de la distillation et du raffinage des pétroles bruts, des schistes bitumineux ou d'autres produits tout aussi inadaptés à l'alimentation humaine, est un

hydrocarbure

pouvant contenir un nombre important d'atomes de carbone. Elle est, selon sa composition, soit d'aspect solide (consistance d'une cire), soit d'aspect huileux (assez visqueux). Avant d'être raffinée, la paraffine est de couleur jaune.

Sous l'action de l'acide sulfurique

, elle devient le produit blanc, sans goût, ni parfum, insoluble dans l'eau, mais soluble dans l'éther que beaucoup de femmes connaissent. Ce produit, purement minéral, ne possède en lui-même aucune action irritante.

Il est pourtant à rejeter

et ceci bien qu'il soit encore prescrit par de nombreux thérapeutes aux femmes désireuses de perdre quelques kilos ou ayant des problèmes de constipation.

Admettons que l'huile de paraffine n'apporte aucune calorie et apparaisse comme un lubrifiant facilitant le transit intestinal ! Il n'y a là-dessus aucune contestation possible. Par contre, cet état de fait devrait éveiller la suspicion de tout bon thérapeute et lui amener à l'esprit une question fondamentale : quel est le devenir de ce produit dans l'organisme humain ?

Cette interrogation est effectivement fondamentale du fait que l'huile de paraffine est inerte, sans vitamines, sans acides gras insaturés, donc en aucune manière indispensable à notre économie organique. Par contre, elle se révèle comme une véritable nuisance par les troubles que son absorption peut engendrer : au niveau de la muqueuse intestinale, l'huile de paraffine se dépose sous la forme d'un film inabsorbable qui en perturbe la perméabilité. Un grand nombre de nutriments ne peuvent alors être véhiculés jusqu'aux cellules par l'intermédiaire du sang. La plupart des vitamines liposolubles (A, D, E et K) sont, en grande partie, éliminées par les selles. Une hypovitaminose K peut être à la base de nombreux syndromes hémorragiques. Une carence en vitamines A et E fait courir des risques oculaires (xérophtalmie) et génitaux (stérilité, frigidité, impuissance). Chez l'enfant, une perte en éléments nutritifs essentiels fait courir un risque de rachitisme.

En conclusion, l'huile de paraffine est un facteur de dévitalisation et de malnutrition, qui, suivant les plus récentes découvertes, est à haut risque cancérigène.